Arrêtez de regarder de la pornographie

En psychologie, la libido (ou pulsion sexuelle) à toujours été décrite comme la pulsion de vie, c’est par elle que passent, pour ne citer qu'elles, la reproduction et le besoin de transcendance. En somme, elle permet une continuité entre un avant notre naissance et un après notre mort. Elle est la condition indispensable qui nous permet de donner un sens à nos vies.

La pornographie, en plus de véhiculer tout ce que vous savez déjà sur la fausse image du sexe et de la femme, aspire votre libido. Elle se sert de cette force, de cette puissance que nous avons tous en nous, et l’épuise, vous donnant satisfaction de l'apaisement de la tension qu’elle génère, sans avoir à passer par le processus qui permettait habituellement sa satisfaction (à savoir la relation sexuelle).

Pour schématiser. Avant l’ère du porno, si vous vouliez donner suite à votre désir libidinal, il vous fallait jouer le jeu. Contrôle des ressources pour les uns, séduction pour les autres. 

 

      Ce que le porno change :

De quoi avez-vous besoin aujourd’hui pour déployer un tel désir ? Trois pauvres clicks sur internet, réduisant cette quête effrénée à la construction (du monde, de soi, ou des deux), à une banale (et pitoyable, avouons-le) décharge tensionnelle que l’écart entre vos désirs et leurs insatisfactions génère.

Car oui, ne vous y trompez pas, la pornographie fait aujourd'hui presque office (et pour beaucoup de jeunes), de sexualité de substitution. Sa consommation active tends à devenir inversement proportionnelle au nombre et surtout à la qualité de vos relations (sexuelles) réelles. S'y enfermer contribue donc à vivre dans ces nouveaux paradis virtuels (dont le jeux-vidéo fait également partie).

Et vous noterez avec quelle subtilité la pornographie s'est imposé. Elle est à présent, quasi indissociable du terme masturbation (dont cependant, je ne vous propose aucunement le sevrage). Si vous ne me croyez pas, demandez à vos petits frères, ou à vos ados.

 

      Une addiction comme les autres :

De plus, la consommation régulière de pornographie réduit votre tolérance à la frustration (par sa satisfaction capricieuse et permanente), contribuant à vous enfermer dans l'immaturité affective, et l'absence de contrôle émotionnel (loin de l'image que vous voulez avoir de vous-même pour gagner en estime de vous).

Cette pratique, d'un point de vue biologique fonctionne également et exactement comme n'importe quel produit stupéfiant (phénomène de tolérance/accoutumance), activant à chaque visionnage, le fameux système dopaminergique de la récompense. Avec le temps, il vous faudra augmenter les "doses" de consommation de pornographie, et elle vous procurera de moins en moins de soulagement, ayant pour effet de vous faire rechercher des pratiques, toujours plus "hard".

De même que pour n'importe quelle drogue. A l'arrêt, une période de sevrage démarre, avec ses pensés obsédantes et ses cravings (pulsions de consommation).

 

      Retrouver son élan :

En somme, pour retrouver votre vitalité, arrêter, voir au moins réduire fortement sa consommation de pornographie reste indispensable. Il s’agit, comme toujours d’un combat contre soit même, mais plus simple qu’il n’y parait. 

La tension générée par le manque d’activité sexuelle, est actuellement bien perçue socialement, et, est la preuve que vous êtes sain et en forme. Même l'histoire atteste de ce dont je vous parle actuellement (vœux de chasteté dans les différentes religions etc...)

La tension résultante de l’arrêt de ces pratiques vont vous être bénéfique, créatrice, réactivant vos envies et vos fantasmes. L’envie de sexe, est une motivation sans communes mesures avec les autres motivations de l’homme. Freud disait même qu'elle est à la base de (presque) toutes les autres.

 

      La méthode :

Pas de méthode miracle non plus, mais je vous avais prévenus dans la présentation du site qu'il n'en existait pas. Pas de molécule inhibitrice sélectionnant spécifiquement les neurones vous poussant à consommer de la pornographie, pas de régime alimentaire anti-porno et "detoxifiant" l'esprit non plus.

 

Non, tout réside dans votre envie de retirer de votre tête, ces images qui empoisonnent votre esprit et votre sexualité (et d'avoir la patience d'y parvenir). Dites vous, qu'il peut vous falloir plusieurs mois, voir années (suivant le rythme et l'ancienneté de votre consommation de contenu pornographique) avant que votre sexualité ne revienne totalement à la normale.

Il est cependant plus simple d'arrêter la pornographie en entamant des relations sexuelles réelles (et consenties bien évidemment), et en apprenant à différer l'envie de la réalisation. Parfois même en la programmant, vous permettant de fantasmer le moment et de reconnecter votre esprit à votre imaginaire.

Je vous conseille également de ne plus vous masturber sur des scènes trop évidentes, et simplement sur des scènes subjectives (allant de simple photos aux films érotiques), l'homme ayant, par nature un besoin de stimulations sexuelles visuelles plus importante que la femme.

 

      Pour conclure :

Loin de moi l’idée de vous demander d’arrêter totalement la masturbation, mais limitez là, et encadrez là et surtout dissociez là de la pornographie. Elle ne devrait pas être un simple moyen de décharge émotionnelle, mais un réel moment que vous vous offrez pour vous détendre. 

Donc dans la mesure du possible, partagez-là.

 

édité le 01/01/2021

Logo

Copyright © 2020. Johnattan Q. Tous droits réservés. 

Mentions légales